Limites d’endettement à ne pas dépasser

Posted on

Guillaume-Thomas Raynal disait de la dette que plus elle s’accumule, plus le désir, et même les moyens de s’en débarrasser s’éloignent. Voilà pourquoi avant de s’endetter, il convient avant tout de se poser une question : est-ce que j’en ai vraiment besoin. L’idéal, avant de parler d’endettement, serait déjà de faire la part des choses entre les crédits de consommation, les crédits immobiliers et les crédits d’investissement.

Doit-on ou pas se priver de crédit ?

Prenons le cas de Mr X avec un travail stable qui touche une somme Y par mois. Elle n’est pas...



misérable, mais on est loin de la fortune de Bill Gates. Mr X après de nombreuses nuits blanches et calculs, réalise qu’en achetant son propre appartement ou sa maison, il pourra considérablement améliorer ses conditions de vie. Il se pose juste un hic. Pour économiser cette somme, il faudra qu’il se mette vraiment à l’eau et au pain sec pendant 6 ou 7 ans. Et qui sait si une fois qu’il aura enfin la somme requise, le prix de l’appartement de ses rêves ne sera pas plus élevé que maintenant. Mr X ne perd absolument rien à s’endetter. Certes, il ne peut pas prédire l’avenir, mais il a quand même toutes les chances d’acquérir son logis et rembourser sans stress l’emprunt.

On peut aussi prendre le cas de Mme V qui rêve de monter sa petite entreprise et a déjà établi un bilan plutôt fiable. Elle a mis de côté une somme D, mais celle-ci n’est pas suffisante. Tout comme Mr X le crédit est un risque, mais la démarche est justifiée. Parlons maintenant de Mr C qui souhaite meubler sa maison. Tout comme Mr X, il a un revenu stable, mais il a tendance à tout vouloir à la fois. Du réfrigérateur dernier cri au téléviseur de 70 pouces en passant par le canapé design ultra onéreux, il ne laisse rien passer. Ces crédits sont-ils vraiment nécessaires ? Oui, mais Mr C surestime ses forces et va au-devant de gros soucis. Il n’y a aucune honte à s’endetter, à condition de rester raisonnable.

L’endettement, jusqu’où peut-on aller ?

Toutes les institutions financières recommandent de ne jamais excéder la limite de 33 %. Votre banque sera peu encline à risquer si elle réalise que vous avez déjà atteint ce plafond, surtout si le prêt voulu est important. Néanmoins, cela ne répond pas à la question principale : à quel moment doit-on dire stop ? Faites un calcul simple : votre dette + la somme des dépenses mensuelles obligatoires et nécessaires, ne doivent jamais équivaloir à l’intégralité de vos revenus.

Vous devez toujours avoir une marge de manœuvre de 10 à 15 %. Si vos prévisions ne vous permettent d’atteindre cet équilibre, revoyez votre appétit à la baisse. On n’est jamais assez prudent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *