Endettement du Royaume-Uni

Posted on

Septième économie au niveau mondial en termes de Produit Intérieur Brut avec un PIB qui se chiffre à 2 481 milliards de dollars, le Royaume faisait partie des pays les plus prospères avant l’éclatement des subprimes aux États-Unis en 2007. En effet, les conséquences de cette crise a frappé de plein fouet les banques britanniques sur lesquelles son économie se repose.

Hausse inquiétante de la dette publique au Royaume-Uni

L’Économie du Royaume-Uni : taux de croissance faible combiné à une inflation galopante

Si auparavant le Royaume-Uni a toujours semblé être épargné par les crises de la dette publique, le pays a enregistré sur la dernière décennie une hausse inquiétante. En effet, la dette publique du pays a augmenté de façon progressive et graduelle durant la période de 2002 à 2007 pour gagner 7 points, passant alors de 30% à 37% du Produit Intérieur Brut. À partir de 2008, elle a connu une hausse en flèche en raison de la récession économique engendrée par la crise immobilière aux États-Unis qui a touché son secteur financier. De ce fait, la dette publique du Royaume-Uni a été estimée au premier semestre à 65,7% du Produit Intérieur Brut pour se chiffrer à 1 032 milliards de Livres si elle n’était que...



de 61,8% douze mois plus tôt.

Une économie fragile

Outre cette dette nationale du Royaume-Uni qui est vraiment ahurissante, le pays doit encore actuellement faire face à plusieurs défis de taille tels que la maîtrise de l’inflation, la relance de la croissance économique, le manque d’argent liquide et le déficit public énorme. Ce qui a conduit entre autres les économistes à affirmer en 2008 que l’économie britannique est la plus endettée en occident avec une dette publique associée à une dette privée qui atteint 487% du Produit Intérieur Brut. D’où la crise économique dans le pays la même année. Néanmoins, tous les acteurs de la vie économie en Royaume-Uni se sont efforcés de réduire au maximum leur niveau d’endettement.

Des perspectives plus encourageantes par rapport aux autres pays de la Zone Euro

En 2011, les dettes publique et privée du Royaume-Uni ont représenté environ 507% de son Produit Intérieur Brut. Ce qui place le pays juste derrière le champion incontesté dans le monde qu’est le Japon, mais devant les États-Unis qui n’ont enregistré que 279% de leur Produit Intérieur Brut. Depuis, des engagements forts ont été pris par le gouvernement britannique pour diminuer la dette et les déficits publics. Ainsi, si l’on assiste encore aujourd’hui à une tendance à la hausse de la dette totale du pays, elle a déjà beaucoup évolué en ce sens que la dette des ménages s’élève à 98% du Produit Intérieur Brut, celle des entreprises 109% et la dette publique 81%. Dans cette perspective de lutte contre la hausse de la dette nationale, des mesures d’austérité très drastiques ont été prises par le gouvernement britannique. Celles-ci comprennent notamment la réduction de 25% des budgets ministériels et en limitant au maximum les gaspillages. Ainsi, seul peut encore poser le surendettement des institutions financières britanniques avec une dette évalué à 219% du Produit Intérieur Brut. Or, les valeurs de leurs actifs sont supérieures de cinq fois environ du Produit Intérieur Brut du pays. Par ailleurs, un des avantages majeurs du Royaume-Uni est qu’il possède une plus grande marge de manœuvre face aux autres pays de la Zone Euro qui font face à la crise. En premier lieu, le Royaume-Uni a conservé sa monnaie nationale. Ce qui lui a permis par la même occasion de garder un important contrôle sur la politique fiscale et monétaire du pays. En outre, la Banque d’Angleterre est restée indépendante. Ce qui constitue alors un atout maître pour le pays.

L’endettement au niveau des provinces du Royaume-Uni

D’un point de vue historique et suivant l’organisation territoriale du Royaume-Uni, le pays compte quatre provinces à savoir l’Angleterre, le Pays de Galles, l’Écosse et l’Irlande du Nord. Il est à noter qu’il n’existe aucune collectivité territoriale commune, car chacune des provinces citées précédemment possède son propre système de démarcation aussi bien sur le plan administratif que sur le plan géographique. Chaque province dispose également de son propre gouvernement local. Mis à part cette situation, le Royaume-Uni présente la singularité de faire partie de l’Europe sans avoir intégré la Zone Euro. En ce qui concerne la santé financière et économique des provinces qui constituent le pays, celle de l’Angleterre est tout aussi inquiétante par rapport à celles des pays en crise tels que le Portugal, la Grèce, l’Espagne et l’Italie. En effet, la dette publique anglaise s’est chiffrée à 909 milliards de Livres. Ce qui représente environ 60% du Produit Intérieur Brut. De plus, les prévisions de l’Office for Budget Responsibility ne sont pas encore plus réjouissantes avec une hausse qui peut aller de 69% à 94% jusqu’en 2015. Mais ces chiffres ne prennent pas non plus en compte les dettes des institutions financières. Ainsi, si elles sont incorporées dans la dette totale de l’Angleterre, celle-ci atteindrait un taux qui avoisinerait les 150% du Produit Intérieur Brut. Pour ce qui est de l’Écosse, la croissance économique et le Produit Intérieur Brut s’inscrivent dans la lignée de ceux du Royaume-Uni. Néanmoins, en cas d’indépendance, la dette publique écossaise se verrait aussi croître de manière exorbitante.

L’endettement touchant les plus grandes villes du Royaume-Uni

Après les Jeux olympiques de Londres, les retombées financières provenant du tourisme ont fait leurs effets, mais se sont vite estompées. Ce qui a vu alors la dette publique de la capitale anglaise augmentée en raison du financement des infrastructures pour accueillir les différentes manifestations sportives et les festivités. Or, ces grands travaux ont été financés en déficit. Ce qui a contribué encore plus à dégrader les finances publiques de la ville. Outre la capitale, les grandes villes du Royaume-Uni ne sont pas épargnées par la crise financière. Toutes s’accordent à dire qu’il est nécessaire de restructurer l’économie pour donner plus d’importance à l’industrie, car les dettes du secteur financier sont de plus en plus énormes.

Consulter l’endettement dans d’autres pays :

Allemagne
Canada
Chine
Espagne
France
Grèce
Hongrie
Italie
Japon
Maroc
Sénégal

Photo par CafeCredit.com (Creative Commons)

One Reply to “Endettement du Royaume-Uni”

  1. Oui bien sûr que le Royaume-Uni est endetté, mais cela fait partie de la culture. Risquer gros, puis le lendemain gagner gros et rafler la mise. Du moins, c’est ce que je pense en tant que fan finie du UK.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *